panneau publicitaire maroc decoupe laser casablanca imprimerie casablanca imprimerie casablanca imprimerie maroc objet publicitaire maroc

PANCRACE MMA BRESILIEN FIGHTING

Histoire du Pancrace/MMA

Qu’est-ce que le pancrace ?

Le pancrace, appelé en grec ancien pankrátion, est un sport de combat grec qui regroupe plusieurs disciplines d’affrontement. Ce sport était populaire et pratiqué lors des Jeux Olympiques antiques en Grèce. A l’origine, pratiquement tous les coups étaient autorisés, sauf les techniques d’arrachage de yeux et de morsures. Les pratiquants se livraient donc des combats sanglants et brutaux.

Le mot « pancrace » est l’association du mot pan signifiant « tout » et kratos signifiant « puissances », décrivant bien le sport comme étant un mélange de boxe et de lutte. Le pancrace a sans doute été introduit aux Jeux Olympiques aux alentours de 650 avant J-C.

Pugilat, le cousin du pancrace

Le pugilat est une forme de boxe pratiquée en Grèce antique. Un sport qui peut être comparé à la boxe de nos jours, sauf qu’à cette époque, il y avait bien moins de règles. On ne pouvait pas compter sur des catégories de poids, ni de ring, et encore moins de rounds délimitant la durée de l’affrontement.

D’après les écrits, il y avait peu de KO lors des combats de pugilat. Mais les combattants souffraient fréquemment de blessures sanglantes, souvent dues aux protections qu’ils portaient. Leurs mains étaient donc enveloppées dans le ceste. Il s’agissait de gants conçus avec des lanières en cuir parfois garnis de lamelles de plomb.

Le pugilat était décrit comme étant un sport de combat plus violent et plus sanglant que son cousin le pancrace.

Histoire

Art martial antique

Selon les écrits, Thésée, réputé pour ses qualités de combattant, aurait été le premier à promouvoir ce mélange de pugilat et de lutte. Il serait selon toute vraisemblance l’un des acteurs à l’origine du pancrace antique.

Donc, comme nous l’avons vu plus haut, le pancrace combine le pugilat (travail de la boxe) et la lutte. Il s’agit aussi de la dernière discipline à apparaître aux Olympiades et elle apparaissait sous deux formes :

  • Le Kato Pankràtion : le combat continuait après que l’adversaire soit tombé au sol. Une forme de combat très proche du MMA.
  • Le Ano Pankràtion : le combat était arrêté une fois que l’adversaire avait chuté, et les deux combattants reprenaient debout. On pratiquait cette forme de pancrace lors des préliminaires des Olympiades.

En conclusion, pour la pratique du pancrace, les combattants pouvaient agripper et administrer des coups. Le physique des guerriers pratiquant le pancrace étaient très réputés, à l’instar d’Héraclès (Hercule) ; un héros et pratiquant de pancrace. On reconnaissait chez ces pratiquants un physique imposant, ainsi qu’une excellente endurance et une grande bravoure.

Sport de combat actuel

Il s’agit en outre d’un sport de combat encore pratiqué aujourd’hui, avec des compétitions et des règles bien définies. C’est en fait une pratique très proche du MMA, comme nous l’avons vu plus haut, sauf pour les frappes au sol qui sont interdites en pancrace.

Combats

Donc le combat commence debout et chaque combattant porte des mitaines ou des gants MMA. Les coups de poings, coups de pieds, genoux et coudes sont autorisées. Les frappes au visage doivent toutefois être maîtrisées.

Les projections, les immobilisations et les soumissions sont autorisés. Les combats peuvent alors être gagnés par décision des juges, soumission, “hors d’état de combattre”, abandon, ou arrêt du médecin.

Le MMA de l’époque

On peut effectivement comparer le pankràtion de la Grèce antique au MMA actuel. On peut voir d’ailleurs de nombreuses peintures et sculptures symbolisant des combattants mélangeant la lutte et les frappes. Le ground and pound issu du MMA était donc déjà une matière pratiquée par nos ancêtres grecques.

On peut aussi voir le travail des combattants sur la prise de dos comme en grappling et en jiu-jitsu brésilien. Je parle dans cet article des similitudes entre les deux disciplines.

Il s’agissait d’un sport particulièrement apprécié lors des Olympiades, car il représentait la quintessence du combat et des arts martiaux.

Conclusion

Pour conclure, le pancrace reste dans le domaine des arts martiaux mixtes l’ancêtre incontestable. De nombreux héros de la Grèce antique comme Thésée et Hercules étaient considérés comme des champions de cette discipline liant force, bravoure et technique. C’est encore aujourd’hui un sport de combat pratiqué dans de nombreux pays, et une excellente alternative si l’on souhaite pratiquer un mélange de boxe, de lutte et de grappling. Il s’agit aussi d’une alternative au MMA si on ne souhaite pas toucher au domaine des frappes au sol. La grande différence est ici entre le pancrace moderne et antique : les frappes au sol, qui étaient autorisées à l’époque. Le pancrace est donc un sport de combat complet mélangeant de nombreux domaines d’arts martiaux avec un gros patrimoine historique derrière lui. Tout ce que j’apprécie dans une discipline martiale ????
  • es Mixed Martial Arts, dits MMA, littéralement « arts martiaux mixte », terme anglophone pour désigner des rencontres interdisciplinaires qui ne sont possibles qu’en combat libre (par exemple un boxeur peut affronter un lutteur dans le cadre permissif du MMA). Ce terme prend tout son sens depuis que les combattants ont compris l’importance de s’entraîner aux nombreux sports qui permettent d’appréhender certaines phases des combats (cross training) . Aujourd’hui, ce terme permet de définir ce nouveau sport de combat à part entière, aux influences multiples ;
  • le Free-fight, faux anglicisme désignant le « combat libre » ;
  • le Vale Tudo, appellation Portugaise pouvant être traduit par « tout est permis », l’ancêtre du combat libre moderne ;
  • le No Holds Barred, dit NHB, terme qui ne convient qu’aux affrontements ayant très peu de règles, à l’image des tournois de type Vale Tudo comme l’IVC et des premiers Ultimate Fighting Championships ;
  • le pancrace.
Un ancêtre lointain : le pankration798px-foul_pankration_bm_vasee78 Le sport qu’est le MMA moderne n’est pas un descendant direct du sport antique qu’était le pankration, on retrouve toutefois certains points commun entre ces deux disciplines séparées par plus de 2500 ans[1],[2]. Les premières traces de combat libre ont été attestées en Grèce, en Turquie, en Syrie, en Italie, en France, en Espagne, au Portugal, en Egypte et en Tunisie, de nombreux documents attestent que différentes formes locales anciennes de combat libre puisant leur origine dans le Pankration antique ont survécu jusqu’à notre époque. Le Pankration (pancrace grec) fut l’une des premières formes de sport de combat à mains nues avec tout de même un minimum de règles. Il fut introduit aux Jeux Olympiques en 648 avant JC 220px-maedastudentsbrazilLe combat libre moderne a plusieurs influences, tout d’abord les violentes rencontres de Vale Tudo au Brésil et ensuite le Shoot wrestling au Japon. Le Vale Tudo, qui signifie « tout est permis », apparu dans les années 1920 au Brésil avec le fameux « Challenge Gracie » qui opposa la famille Gracie à d’autres représentants d’arts martiaux. Pour bien comprendre la réapparition du combat libre, il est nécessaire de s’attarder sur l’histoire de la famille Gracie au Brésil   Au début des années 1980, Rorion, le fils aîné de Hélio, part aux États-Unis pour enseigner le Gracie jiu-jitsu en Californie. Comme son père et son oncle avant lui, il fait la promotion du fameux « Gracie Challenge », en y ajoutant un détail … il offre 100 000 dollars à quiconque battra, lui ou l’un de ses frères, dans un match de vale-tudo. Encore une fois, ces défis apportent au Jiu-jitsu brésilien une grande popularité. Lorsque Rorion réalise le potentiel du style de combat de sa famille, il décide de créer une organisation destinée à promouvoir son art aux États-Unis. Après des années de travail et de promotion de son art familial, Rorion rencontre Art Davie, un homme d’affaires qui s’était déjà intéressé à ce sport après un voyage en Thaïlande au cours duquel il avait assisté à une rencontre de type vale-tudo. Davie utilisa ses relations dans l’industrie de la télévision pour organiser une rencontre de Rorion et lui-même avec Bob Meyrowitz, le président de Semaphore Entertainment Group (SEG), une société spécialisée dans le pay-per-view des événements sportifs. Ensemble, les trois hommes créent l’« Ultimate Fighting Championship », un tournoi dont le but est de faire s’affronter des adversaires de styles différents. L’UFC 1 a lieu le 12 novembre 1993 à Denver (Colorado). Ce tournoi d’un nouveau genre, remporté à trois reprises par son frère Royce, rencontra un succès important et entraîna un profond bouleversement dans le milieu des sports de combats.